Logo Laptop  MENU

Le magazine

UX designer : 7 conseils pour choisir l’entreprise qui vous correspond

27 avril 2022

Par Carole Laimay

Lors de notre Design Bento Box sur les UX designers salarié·es et freelances, nous avons beaucoup échangé autour de conseils pour trouver un emploi. Dans cet article, je vous propose quelques pistes pour commencer. 🙌

1/ Bien choisir son type d’entreprise

Travailler pour un grand compte, une agence d’UX (ou ESN, Entreprise du Service Numérique anciennement SSII), une PME, une petite structure ??? Comment choisir ? La “réponse de Normand” : cela dépend de vous ! Si vous préférez faire de l’UX mais aussi de l’UI, peut-être qu’une entreprise de petite taille ayant besoin que vous soyez sur des sujets type maquettage peut vous convenir. Si vous aimez travailler dans de grandes équipes et que vous souhaitez vous spécialiser en recherche utilisateur par exemple, un grand compte ou une agence UX avec une équipe qui rassemble plusieurs spécificités UX pourrait être adapté. Les PME, quant à elles, vont plutôt faire appel à des agences UX (ou ESN) ou à des freelances car elles n’ont souvent pas les moyens d’internaliser ces postes.

2/ Evaluer la maturité UX de l’entreprise

J’en parlais dans cet article : les entreprises n’ont pas toutes le même niveau de maturité. En effet, il faut savoir que les entreprises sont en train de prendre conscience de l’importance du design et que la mise en place de cette démarche est en cours. On peut d’ailleurs voir sur le graphique suivant que 41% de celles-ci intègrent les méthodes design seulement sur la conception de l’interface avec le prototypage. Dans ces entreprises, il n’y a pas de co-conception ni de recherche utilisateur. Elles comptent sur l’expertise du designer pour les guider sans prendre en compte les besoins des vrais utilisateurs.

 

41% des entreprises ont le niveau de maturité le plus bas

Source image : https://www.invisionapp.com/design-better/design-maturity-model/

Concrètement, si vous vous intéressez à la maturité de l’entreprise, vous serez en mesure de savoir quel type de poste de designer il y aura. Plus la maturité de l’entreprise sera faible, plus il y aura des chances qu’il faille expliquer l’intérêt du design aux personnes qui prennent les décisions. En fonction de la marge de manœuvre qui vous sera laissée, vous pourrez mettre en place des méthodes et outils centrés sur les utilisateurs ou bien travailler sur de la production d’écrans. Alors ? Vous préférez relever le challenge de mettre en place les méthodes design dans une entreprise peu mature ou travailler dans un univers bien rodé pour une société mature ?

3/ Se renseigner sur les équipes design

En règle générale, plus l’entreprise est grosse et mature et plus les équipes design sont importantes. En effet, si vous voyez sur le site d’une agence faisant des sites internet qu’il y a 80% de développeurs et 1 designer (voire zéro) dans les équipes, vous pouvez donc vous dire que le poste du designer risque d’être multi-compétences (recherche utilisateur, prototypage, mise en place des méthodes UX…). En revanche, si vous voyez que dans un grand groupe, il y a plusieurs équipes design qui intègrent chacune un·e UX designer, un·e UX researcher, un·e UX writer…, vous pouvez vous dire que votre poste risque d’être soit transverse (lead UX, design ops…) soit bien spécifique (UX researcher, UI designer…).

Il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de travailler et d’organiser une entreprise. Cela dépend des besoins et des clients avec lesquels elle travaille. Ainsi, chaque mode d’organisation conviendra à des personnes différentes. Si vous aimez avoir un métier touche à tout mais ne pas forcément aller en profondeur dans les sujets, un poste d’UX/UI vous convient peut-être mieux !

4/ Préciser les rôles des designers

La définition des rôles n’est jamais simple. Vous vous êtes peut-être déjà posé la question de savoir si telle ou telle tâche était de votre ressort ou de celui d’un·e collègue ? C’est normal, parfois les lignes entre les différents postes sont minces et c’est d’autant plus vrai dans les métiers de l’UX. Ce domaine est relativement nouveau en France et tout le monde cherche encore ses marques. En fonction des entreprises, les postes ne sont pas définis pareil, les tâches et les outils non plus ! Les questions qui peuvent être intéressantes à poser sont : “Quelles sont les personnes qui travaillent dans l’équipe ?”, “Avec quelles équipes est-on amené à travailler ?”. Vous pouvez par exemple identifier des tâches qui vous intéressent dans votre poste (ou qui ne vous intéressent pas) et demander qui réalise celles-ci. “Qui est chargé·e d’être en contact avec les utilisateurs ?” : ce sont parfois les designers, parfois l’équipe marketing ou commerciale ou SAV ou même personne ! Ainsi, vous pourrez voir ce qui est réellement dans votre périmètre et ce pour quoi vous allez collaborer avec d’autres personnes.

5/ Faire un état des lieux des compétences

Chaque entreprise a son propre langage et c’est pourquoi, je vous conseille de vous baser sur des grilles de lectures qui peuvent aider à la communication pendant un entretien par exemple. Je vous proposais d’ailleurs plusieurs modèles d’évaluation des compétences dans cet article. Cela vous servira à décortiquer et parler le même “jargon” avec votre interlocuteur·rice. N’oubliez pas les compétences douces (soft skills) : bon relationnel, empathie, sens du détail… À vous d’identifier vos forces et les faire valoir ! Besoin d’inspiration ? Vous pouvez passer ce test pour vous aider à y voir plus clair !

6/ Vérifier les valeurs de l’entreprise

Pour se sentir bien dans une entreprise, rien de tel que partager ses valeurs ! Il y a de plus en plus d’entreprises qui travaillent leur “marque employeur” afin de donner envie aux talents de les rejoindre. Dans le lot, il y a des entreprises qui ont des valeurs et qui s’y tiennent et d’autres qui s’y tiennent moins. Par exemple, si l’entreprise affiche “respect de la planète” et qu’elle ne met pas à disposition de poubelles pour trier les déchets ou bien qu’elle ne prend pas en compte l’écoconception dans ce qu’elle propose, on peut se poser des questions. Si une société met en avant “confiance et autonomie”, on peut s’attendre à ce qu’elle ne micro-manage pas, qu’elle ne contrôle pas les horaires d’entrée et de sortie des salarié·es et qu’elle laisse les personnes être force de proposition. Pourquoi ne pas demander à des personnes qui sont dans cette entreprise, comment cela se passe au quotidien ? Vous n’en connaissez pas ? En allant sur LinkedIn, je suis sûre que vous pourrez en trouver !

7/ Voir plus loin

De nos jours, nous restons plus rarement 20 ans dans une même entreprise mais n’est-ce pas intéressant de se projeter sur quelques années ? En effet, y-a-t-il des possibilités d’évolution en interne dans l’entreprise ? Si oui, est-ce que cela vous correspond ? Est-ce que vous allez pouvoir acquérir des compétences qui pourraient servir votre carrière ensuite ? Par exemple, quand j’ai commencé à travailler, j’ai été missionnée sur un poste pour lequel je faisais majoritairement de la recherche utilisateurs. J’y suis restée 3 ans à une époque où la recherche utilisateur était quasi inexistante en France et où on ne parlait même pas d’UX. Mon objectif professionnel à 3 ans était de faire la conception centrée utilisateurs de bout en bout mais j’avais très peu d’expérience en conception d’interface alors que c’était la compétence la plus demandée sur le marché. J’ai donc mis beaucoup de temps et d’entretiens pour trouver un poste où je pourrais monter en compétence sur cette partie du travail. Je n’avais pas pensé au coup d’après. Sans pour autant penser à tout car on découvre aussi de nouvelles choses quand on avance dans notre vie pro (pour ma part, c’est la facilitation d’ateliers qui m’a tapé dans l’oeil en 2014 alors que je ne savais pas que cela existait avant), mais au moins se dire que ce que l’on apprend sur un poste peut servir et être recyclé sur le suivant.

 

J’espère que ces conseils vous auront plu. Réfléchissez à tout cela avec votre tête mais surtout un dernier conseil pour la route : écoutez votre coeur ❤️ ! Si vous avez mal au ventre quand vous vous projetez sur un poste, c’est peut-être qu’il n’est pas adapté pour vous même s’il a tout sur le papier. Si vous souriez, c’est déjà ça de gagné !

Retrouvez la formation « Product design UX/UI » du Laptop pour un parcours complet de reconversion professionnelle.

L'auteur

Carole Laimay

Carole Laimay

Issue d’un master en psychologie/ergonomie, je travaille depuis 11 ans à faire changer les choses. D’abord spécialisée dans la conception d’interfaces (sites web, applications mobiles…), j’ai rapidement compris que mon champ d’action était beaucoup plus large : quand on conçoit quelque chose, cela change tout un éco-système !

Dans le blog du Laptop

Tous les articles

🙌🏼 Nos formations sont certifiées QUALIOPI. Le Pôle Emploi, Agefice, FFPL, Atlas, AFDAS financent votre formation.

DEMANDE DE FINANCEMENT