Logo Laptop  MENU
UX designer : comment diagnostiquer ses compétences ?
Photo de Carole Laimay
Carole Laimay

Le métier d’UX designer est de plus en plus en vogue ces dernières années. Cela n’a toujours pas été le cas, il suffit de demander aux dinosaures 🦕 des méthodes centrées utilisateurs (dont je pense faire partie malgré mes seulement 12 ans d’expérience professionnelle, ce n’est rien à l’échelle d’une carrière !) pour voir qu’à l’époque 👵, ce n’était pas simple de trouver un travail dans le domaine.

En effet, les entreprises avaient une logique plutôt technocentrée (innovation par les technologies) alors qu’aujourd’hui on bascule vers des démarches ethnocentrée (innovation par les usages). On passe donc de profils très techniques vers des profils tournés vers l’humain. De nos jours, l’UX design est très demandé et c’est une bonne nouvelle !

 

Recherche des mots “UX designer” en évolution constante sur Google Trends

 

Le côté moins “sympa” de l’histoire est que le métier est compliqué à comprendre car utilisé partout et par tout le monde.

Finalement, on a du mal à démêler le vrai du faux et à s’y retrouver. À travers cet article, nous vous proposons d’y voir plus clair sur les compétences d’un·e UX designer que vous soyez en formation initiale ou en reconversion. C’est parti ! 😎

Les compétences en UX design, quelques repères

Le modèle de NNgroup

Nielsen et Norman group propose un modèle simplifié qui répertorie les 6 grandes classes de compétences d’un·e UX designer : 

  • la recherche : comprendre les utilisateurs en faisant des interviews, questionnaires, observations, etc…
  • l’architecture d’information : organiser les parcours des utilisateurs, les pages, etc…
  • la stratégie de contenu : produire et organiser le contenu des pages dans l’interface
  • prototypage : mettre en forme le contenu et les parcours imaginés en amont
  • design graphique : réaliser et appliquer la charte graphique sur les pages
  • design d’interaction : imaginer les transitions et les interactions 

 

Les compétences d’une équipe UX selon NNgroup

 

Je trouve ce modèle intéressant car il est simple et permet de voir les attendus en termes de tâches et de phases du projet. J’en parlais d’ailleurs dans cet article.

Le modèle en T 

C’est le premier modèle que j’ai découvert via le blog de Raphaël Yharrassarry (via cet article rédigé en 2015 et que je trouve encore intéressant en 2022, comme quoi le métier évolue mais pas ses bases). Je m’étais d’ailleurs amusée à me l’appliquer à moi-même en 2016 quand j’ai commencé à travailler en indépendante.

 

Mon modèle en T

 

Pourquoi modèle en T ? Parcequ’un·e professionnel·le de l’UX devra avoir des connaissances basiques dans tous les domaines (analyse métier, ergonomie, UX…) et avoir 1 à 3 domaines d’expertise en profondeur (sait faire tout ou presque d’une à trois colonnes). Clairement, si vous cochez toutes les cases, vous êtes une licorne 🦄 et vous n’existez pas !

Ce qu’il faut retenir de ce modèle est qu’il est nécessaire d’avoir des connaissances transverses pour travailler en équipe, comprendre les autres, communiquer, etc… mais que vous devez concentrer vos efforts à savoir bien faire quelques domaines seulement. On pourrait mettre à jour ce modèle avec des compétences en SEO, analytics et autres par exemple.

Le modèle de Pauline Thomas

Pauline Thomas a proposé un autre modèle qui suit le cycle de vie d’un projet (son webinaire sur le sujet). Je trouve ce modèle intéressant car plus actuel que celui en T et plus précis que celui de NNgroup.

 

La roue des compétences de Pauline Thomas

 

Ce que j’apprécie particulièrement avec ce modèle, c’est qu’il intègre également les “soft skills” qui sont selon moi encore plus importantes que les compétences techniques. En effet, on peut apprendre à “faire” plus facilement qu’apprendre à “être”. La posture du designer avec son humilité, son empathie, son esprit d’équipe et bien d’autres ne s’invente pas !

 

Les soft skills du modèle de Pauline Thomas

 

Posez vos questions et entrez en contact avec d’autres personnes du métier, elles seront ravies de vous aider !

Dans quels cas utiliser ces matrices de compétences UX ?

Les matrices présentées peuvent servir à plusieurs choses : 

  • identifier ses forces afin de mettre en avant les compétences que l’on a sur son CV ou son portfolio par exemple ;
  • repérer des axes d’amélioration que l’on souhaite développer car ce sont des choses qui nous attirent et qui nous font plaisir ;
  • apporter une matrice en entretien d’embauche pour discuter de manière concrète sur là où l’on se situe et que tout le monde parle le même langage ;
  • en début de projet/mission afin de bien définir les rôles sur qui fait quoi ;
  • dans une équipe de plusieurs designers pour identifier les compétences manquantes, les binômes à effectuer, etc…

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair concernant les compétences des UX designers. L’idée n’est pas forcément de cocher toutes les cases et de savoir tout faire mais de choisir des compétences et tâches qui vous plaisent et que vous souhaitez pouvoir effectuer tous les jours dans votre métier. Il existe d’ailleurs des spécialités au sein même des métiers de l’UX (UX researcher, UX writer, UX strategist…) dont je vous ai parlé dans cet article.

[Brad Frost's Design System Masterclass] - 27 juin 2024 - Découvrez l'événement design immanquable de l'été ⭐️

Brad Frost

Inscription