Logo Laptop  MENU

Le magazine

Les 8 principes du Design Sprint

11 janvier 2021

Par Pauline Thomas

Méthode particulière de design thinking, le Design Sprint vise à comprendre des problèmes complexes pour faire émerger des solutions innovantes en quelques jours seulement grâce à l’intelligence collective. Popularisée en 2014 par Jake Knapp et son équipe de Google Ventures, cette discipline a fait des émules, parmi lesquelles Pauline Thomas. Nourri par une centaine de sprints menés et une dizaine d’années d’enseignement de l’UX, son livre Le Design Sprint en pratique développe sa vision pour une meilleure adaptation aux spécificités françaises.

Dans cet extrait, elle détaille 8 principes articulant cette vision, résumés par l’acronyme DISPATCH. 

 

Au fil de mes tâtonnements, essais, échecs et réussites, mais aussi de ma confrontation nécessaire au monde réel de l’entreprise, j’en suis arrivée à formaliser quelques grands principes établissant l’adaptation nécessaire du modèle original du Design Sprint. 

 

L'acronyme DISPATCH résume les principes du design sprint

 

D comme DESIGN 

Toute l’équipe prend des décisions de design. 
Pour répondre à une problématique correctement, un designer seul ne peut pas considérer chaque aspect d’un problème, tout comme un ingénieur ou un architecte technique doivent considérer les aspects fonctionnels, techniques, environnementaux, esthétiques, juridiques, économiques, sociaux, politiques et parfois philosophiques de leurs projets. Le design est plus qu’une considération formelle et le Design Sprint est l’invitation à travailler ensemble selon un processus pour répondre à une problématique qui nous dépasse individuellement.

« Design est un drôle de mot. Certaines personnes pensent que ‘design’ signifie ‘à quoi un objet ressemble’. Mais bien sûr, si vous creusez, c’est vraiment comment cet objet fonctionne. »
Steve Jobs

 

I comme Intensité 

Le Design Sprint est un dispositif de culture intensive qui fonctionne parce qu’il est “hors sol”. 

Faire un Design Sprint, c’est accélérer les conditions de production d’enseignements de haute qualité. Le facilitateur est indispensable pour faire ressortir les points saillants et les signaux faibles en dirigeant des sources de lumière de forte intensité (méthodes de convergence et priorisation) sur les zones d’ombre. Une solution est un organisme vivant qui dépend d’une variété de paramètres et le sortir tel quel de ce contexte pourrait le tuer. En priorisant par la valeur d’expérience minimale viable (Story Map) et en délivrant des petites fonctionnalités de manière itérative, on augmente les chances de survie du projet.

« Minimiser l’effort, maximiser le résultat. »
Jeff Patton

 

S comme Solidaire

Invitez le groupe à être solidaire du résultat et à sortir de sa zone de confort

Pendant un Design Sprint, tout le monde est responsable du produit, chacun apporte sa part d’expertise et dénoue les potentiels conflits de pouvoir. La vitesse d’exécution entraîne inévitablement des frictions et des tensions inhérentes au travail collaboratif. Le Sprint Master a un rôle très important : plus que limiter les discussions pour faire gagner du temps, il doit écouter, créer du dialogue tout en leur faisant produire une solution de qualité dans un temps contraint puis maintenir l’engagement post-Sprint et fixer la ligne d’horizon.

« Chaque personne au cœur d’une organisation conçoit le produit. »
Jeff Gotthelf

 

participants design sprint

P  comme Perspectives 

Complétez la vision des métiers par la perspective des utilisateurs et des équipes

Encore aujourd’hui, très peu d’entreprises mènent une véritable recherche utilisateur pour définir leur produit : les décisions viennent du haut ou de quelques personnes. Pourtant, dans une approche centrée utilisateur, les solutions sont davantage « validées » par les testeurs. Le véritable rôle des décideurs aujourd’hui est d’accompagner le changement, pas forcément de décider de la bonne solution. Pour cette raison, il est essentiel d’inviter tous les acteurs concernés par un produit : commanditaire, utilisateurs/clients, Métiers et équipe projet. Au démarrage du Design Sprint, le commanditaire ouvre la journée avec sa problématique, ses enjeux, ses objectifs, les données dont il dispose. Les Métiers peuvent ajouter des éléments selon leurs perspectives. Puis on invite… 5 à 10 utilisateurs pour être interviewés par l’équipe pour compléter la vision des Métiers et impulser un sentiment d’empathie tout au long du projet. Ensuite, les équipes travaillent sur la solution avec les parties prenantes impliquées de près. Les activités de priorisation sont très régulières et imposent des temps de réflexion et des moments d’échanges avec les membres de l’équipe et les décideurs pour confronter en permanence les orientations de travail avec la stratégie de l’entreprise. La décision se fait en continu et en conscience par tous.

« Avoir de l’empathie implique de remettre en question vos idées préconçues et mettre de côté ce que vous pensez être vrai pour découvrir ce qui est vraiment vrai.”
 Tom Kelley et David Kelley, La confiance créative

 

une participante à un Design Sprint

 

A comme Adaptable 

Adaptez le processus de Design Sprint à votre contexte

Le format du Design Sprint est issu d’expérimentations et d’adaptations des méthodes du Design Thinking, du Lean UX, du design de service et du Business Design. Peu importe que vous soyez du côté des Métiers, du produit, du design ou du code : emparez-vous de ces méthodes ! Elles posent le cadre de discussion. Vous pouvez aussi ajuster ces méthodes à vos contraintes de temps et de capacité. Soyez à l’aise, lisez la recette une première fois, gardez le meilleur et tentez des choses ! Mes 4 outils incontournables pour chaque Sprint : l’Experience Map, le value proposition canvas, la matrice d’impactimpact matrix, la Story Map.

« Les méthodes sont bien trop normatives. Alors que certaines viennent accompagnées de leurs propres avertissements d’utilisation, la plupart se contentent de vous dire que “le design devrait être fait comme ça” ; et vous enseigne qu’il existerait une bonne et une mauvaise façon de résoudre des problèmes. »
Jon Kolko, Enough design methods

 

T comme Transmission 

Le Design Sprint est une courroie de transmission de la culture d’entreprise

Quel meilleur moyen de transmettre son savoir-faire, de montrer qui on est, de mettre un visage sur ses collègues loin du bureau, de se rencontrer différemment autour d’une problématique très concrète pour l’entreprise ? Célébrer ses victoires et ses échecs régulièrement permet de souder la culture d’entreprise et d’introduire les valeurs transformatives du design.

« Penser comme un designer peut transformer la façon dont vous développez vos produits, services, processus et même votre stratégie. »
Tim Brown, CEO d’IDEO

participant design sprint

 

C comme Continu 

Le Design Sprint est souvent le début, jamais une fin en soi

Le Design Sprint n’est qu’un jalon du processus de conception. Le Design Sprint peut être utilisé tout au long du projet : cadrer, tester, actionner. Privilégiez une série de Sprints plus courts à un unique essai de 5 jours. La qualité et la portée de la solution dépendront du cadre mis en place en entrée et en sortie du Design Sprint. Il y a un avant et un après, c’est une trajectoire qui se dessine tout au long des Sprints de développement pour couvrir l’ensemble de l’espace du problème.

« Jusqu’à ce que vous vous mettiez à vraiment faire quelque chose, votre idée brillante n’est rien de plus qu’une idée. »
Jason Fried, Rework

 

H comme Hauteur 

Le Design Sprint est un outil de réflexivité concret

Faire un Design Sprint est une véritable ascension, col après col, les équipes prennent conscience des nouveaux territoires encore incertains qui les entourent. Anticiper certains risques permet d’avancer ensemble vers l’inconnu en confiance. Consolider la base de connaissances en sortie du Sprint servira tout au long du projet et permettra de consulter les cartographies d’enseignements : cartographie d’expérience, cartographie d’empathie, ébauche du modèle économique, ébauche de l’équipe, cartographie des user stories, précieux pour des projets futurs.

design sprint en pratique par pauline thomas

DISPATCH : un acronyme  à garder à l’esprit si vous souhaitez mener, organiser ou participer à un Design Sprint. Ces 8 principes fondamentaux reflètent l’importance du collectif, l’intérêt de méthodes éprouvées autant que le recul avec lequel on doit les appliquer. Envie d’en savoir plus ? Le Design Sprint en Pratique de Pauline Thomas plonge dans l’organisation concrète de ces des approches testées sur le terrain et adaptables à votre contexte. 

L'auteur

Pauline Thomas

Pauline Thomas

Fondatrice de Laptop

Dans le blog du Laptop

Tous les articles

Toutes nos formations peuvent être financées par votre OPCO, le Pôle Emploi et votre CPF 🙌🏼

DEMANDE DE FINANCEMENT