Logo Laptop  MENU

Blog du Laptop

Comprendre l’accessibilité numérique

03 novembre 2023

Par Cécile Jouve

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à l’accessibilité numérique, j’ai été confronté à une montagne de critères et de directives qui semblaient complexes et parfois déconcertants. Il m’a fallu du temps pour réaliser que la clé de la compréhension réside dans la mise en lumière des handicaps et des technologies d’assistance qui les accompagnent. 

 Ce déclic a ouvert une porte vers un monde plus naturel et logique de l’accessibilité. J’ai rédigé cet article pour vous guider vers une meilleure compréhension des handicaps, des technologies d’assistance. Cette connaissance pourra vous faciliter l’application des critères d’accessibilité dans la conception et le développement de vos produits numériques. 

La navigation au clavier 

Certaines personnes, en raison de problèmes de vision, peuvent ne pas voir correctement le curseur de la souris. D’autres, en raison de problèmes de mobilité, peuvent ne pas être en mesure de contrôler la souris avec précision.
 Ces personnes remplacent donc l’utilisation de la souris par l’utilisation d’un clavier (clavier standard, adapté ou braille). De plus, la plupart des technologies d’assistance, aussi sophistiquées soient-elles, agissent comme des émulateurs de clavier. 

 

YouTube player

 

Prendre en charge la navigation au clavier lors de la conception d’interfaces utilisateur est primordiale pour garantir l’accessibilité numérique.
Cela implique principalement de pouvoir utiliser les touches du clavier pour se déplacer dans la page et pouvoir interagir avec les éléments interactifs. 

Concrètement, cela signifie que pour supporter la navigation clavier: 

  • Tous les éléments interactifs doivent être accessibles et actionnables au clavier. 
  • Le focus (l’élément actuellement sélectionné) doit être clairement visible pour que l’utilisateur sache toujours où il se trouve sur l’écran. 
  • L’ordre de Focus doit être logique et pertinent (évitant les pièges au clavier, tels que des boucles infinies). 
  • Des raccourcis clavier doivent être disponibles pour permettre aux utilisateurs de passer rapidement d’une section à une autre. 

 

Les lecteurs d’écran 

Les lecteurs d’écran, sont des technologies essentielles pour les personnes atteintes de handicaps visuels ou de limitations cognitives (comme l’incapacité de lire ou de rester concentrées, par exemple).

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un lecteur d’écran ne lit pas le contenu affiché à l’écran. Il lit le code sous-jacent et transcrit ensuite le contenu en vocal ou en braille. 

 

YouTube player

 

Pour garantir l’accessibilité, il est donc nécessaire d’identifier et de coder les composants de manière appropriée. En effet, les lecteurs d’écran ne se contentent pas de lire les libellés, ils annoncent également : 

  • Le type de composant (bouton, case à cocher, champ texte), permettant à l’utilisateur de savoir comment interagir avec celui-ci (une case à cocher a pour vocation d’être cochée, un bouton d’être cliqué…) 
  • L’état du composant (coché ou non coché, par exemple, pour une case à cocher). 
  • Les propriétés du composant, le cas échéant (tel qu’un champs obligatoire ou optionnel). 

Une structure de page claire (correctement documentée dans le code) et des titres pertinents sont également annoncés par le lecteur d’écran et sont donc essentiels pour aider l’utilisateur à comprendre où il se trouve dans le produit, le flow ou la page. 

Il est crucial de décrire textuellement les éléments graphiques présents sur la page (images, graphiques, icônes…). En effet, les lecteurs d’écran ne peuvent pas interpréter visuellement ces éléments. Ces descriptions, appelées textes alternatifs, permettent aux utilisateurs de comprendre le contexte et le contenu de ces éléments.  

En outre, il est essentiel de définir un ordre de lecture logique pour que l’utilisateur puisse naviguer de manière fluide à travers le contenu, en suivant une séquence cohérente et compréhensible. 

 

La reconnaissance vocale 

La reconnaissance vocale, une technologie d’assistance bien connue et largement répandue, permet de piloter un ordinateur à l’aide de la voix. Si vous avez déjà utilisé des assistants vocaux tels qu’Alexa, Google Assistant, Siri, vous avez déjà expérimenté cette technologie et peut-être commencé à percevoir certains défis liés à son utilisation.

Cette technologie est précieuse pour les personnes atteintes de limitations physiques, incapables d’interagir avec la souris ou le clavier. Mais aussi pour celles qui ne peuvent pas écrire, ou celles qui font plusieurs tâches à la fois ou ont les mains occupées.

 

YouTube player

 

Pour garantir l’accessibilité numérique, le plus important est de coder correctement les composants interactifs, en les identifiant comme tels dans le code et en leur attribuant un nom identique à leur apparence à l’écran. Lorsqu’un utilisateur donne une commande, comme « Cliquer sur Livre » parce qu’il voit un bouton intitulé « Livre » à l’écran, le logiciel de reconnaissance vocale recherche un élément interactif nommé « Livre » et, si l’élément n’est pas correctement identifié ou nommé, le logiciel ne pourra pas le trouver. 

L’agrandisseur d’écran 

L’agrandisseur d’écran est un logiciel principalement utilisé par les utilisateurs souffrant de limitations visuelles. Ce logiciel permet un agrandissement total ou partiel de l’interface, offrant une vue détaillée de la zone agrandie. Ils sont plus répandus que les lecteurs d’écran, ces deux technologies étant par ailleurs souvent utilisées ensemble. 

Les utilisateurs d’agrandisseurs d’écran ont une vue limitée de l’interface. Il leur manque la vision d’ensemble, car ils ne peuvent voir qu’une petite partie à la fois. Par conséquent, il est essentiel de concevoir des interfaces prévisibles pour ces utilisateurs. En effet, la cohérence dans la disposition et l’apparence des éléments et le respect des standards aideront, l’utilisateur à naviguer plus facilement et à savoir où trouver l’information recherchée. 
Respecter le principe de proximité est également clé pour garantir de limiter au maximum les déplacements horizontaux et verticaux de la loupe. 

 

YouTube player

 

Une petite mise en situation pour comprendre l’accessibilité numérique

Mais ce n’est pas tout. 

Jouons a un petit jeu. Imaginez-vous dans cette situation : vous souhaitez choisir une date et une heure dans l’interface ci-dessous. Quelle commande utiliseriez-vous?  

 

Screenshot issue du site de la SNCF

 

«Cliquer sur Date », «Cliquer sur Date et Heure», ou «Cliquer sur Calendrier » ? Pas si simple, n’est-ce pas ? 

 

Autre défi.

Vous voulez regarder la vidéo sur la navigation clavier contenue dans cet article. Quelle commande utiliseriez-vous ? « Cliquer sur cette vidéo » ? Le problème est que « Cette vidéo » est également le nom de la vidéo sur le lecteur d’écran (Notez que la question ne se pose pas pour la vidéo sur la reconnaissance vocale qui est bien identifiée comme telle).  

À travers ces deux exemples, il apparait que nommer les éléments interactifs avec un texte explicite et de manière unique (pour éviter toute confusion entre les différentes commandes) est également essentiel pour assurer la compatibilité avec la reconnaissance vocale. 

Pour conclure

L’accessibilité peut sembler complexe, et la multitude de critères à prendre en compte peut souvent décourager les équipes. Cependant, à travers ces quelques exemples, j’ai cherché à illustrer que la clé pour construire des interfaces accessibles à tous réside dans la compréhension des besoins des personnes en situation de handicap et du fonctionnement des technologies d’assistance.  

Il est important de rappeler que les handicaps et les technologies d’assistance peuvent se cumuler, créant des défis uniques pour certaines personnes. Dans ce monde numérique en constante évolution, il est de la plus haute importance de veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte, et cette vidéo «Comment naviguer sur le web quand on est non-voyant » met en évidence à quel point la conception inclusive peut changer la vie des individus. 

Si le sujet vous intéresse, je vous donne rendez-vous au Laptop lors des sessions de la formation Accessibilité numérique que j’ai le plaisir d’animer. En travaillant ensemble pour rendre nos technologies et nos interfaces plus accessibles, nous pouvons contribuer à un avenir inclusif pour tous. 

 

L'auteur

Cécile Jouve

Cécile Jouve

Cécile est une experte UX avec plus de 10 ans d’expérience dans le domaine. Elle occupe actuellement le poste de VP of UX dans une entreprise du secteur prive où elle est responsable de l’ensemble des activités UX et Accessibilité, incluant la gestion des ressources, du budget, des process et la définition et l’exécution de la stratégie.

Dans le blog du Laptop

Tous les articles

Prochain atelier : "L'Intelligence Artificielle au service de la facilitation" Le 11 décembre à 10h : Inscriptions ici ⭐️